TROYAT (H.)

TROYAT (H.)
TROYAT (H.)

TROYAT LEV TARASSOV dit HENRI (1911- )

D’une famille riche: son père dirigeait un comptoir de drap qui avait des succursales dans toute la Russie, Henri Troyat est né à Moscou. Chassée par la révolution soviétique, la famille arrive en France en 1919. Troyat fait ses études au lycée Janson-de-Sailly puis au lycée Pasteur, à Neuilly. Il passe une licence de droit, opte pour la nationalité française et publie son premier roman: Faux Jour en 1935, qui obtient le prix du roman populiste. Il est suivi, un an plus tard, du Vivier puis de L’Araigne qui obtient le prix Goncourt en 1938. Ces premiers romans relèvent de la tradition intimiste et psychologique française. Après la guerre, Troyat se lancera dans de vastes cycles romanesques tels que: Tant que la terre durera (1947-1950), La Lumière des justes (1959-1963), Les Semailles et les Moissons (1953-1958) ou Les Eygletière (1965-1967), Les Héritiers de l’avenir (1968-1970), Le Moscovite (1974-1975). Parallèlement, il écrit de grandes biographies: Dostoïevski (1960), Tolstoï (1965), Pierre le Grand (1979), Alexandre Ier (1981), Ivan le Terrible (1982), Tchekhov (1984), Tourgueniev (1985), Gorki (1986), Flaubert (1988), Maupassant (1989, Alexandre II (1990), Nicolas II (1991), Zola (1992), Verlaine (1993), Baudelaire (1994) et d’autres romans comme Le Front dans les nuages (1977), Le Pain de l’étranger (1982), À demain, Sylvie (1986), Le Troisième Bonheur (1987). Il est élu à l’Académie française en 1959.

Selon une statistique de 1978, 57 p. 100 des lecteurs français ont lu au moins une œuvre d’Henri Troyat. Il n’y a que Balzac pour faire mieux et Guy des Cars pour l’égaler. C’est dire l’importance énorme qu’a pour le public l’œuvre d’Henri Troyat. Le romancier ne se préoccupe guère de l’évolution des formes romanesques. Il s’en tient, une fois pour toutes, à ces maîtres que demeurent pour lui Tolstoï et Dostoïevski. Dans la seconde moitié du XXe siècle, Troyat s’enorgueillit d’écrire comme au XIXe. Travailleur infatigable, il produit une œuvre abondante où la peinture de l’ancienne Russie alterne avec la description de la France contemporaine.

Tant que la terre durera se rattache au premier cycle. C’est, en trois volumes, l’histoire d’une famille russe de 1888 à 1939. Trois générations s’y succèdent et l’auteur entend y dresser un inventaire des différentes attitudes possibles durant cette période: il y a les révolutionnaires, les tsaristes et les opportunistes. La Lumière des justes commence à Paris en 1814. Un jeune officier russe, Nicolas Ozareff, découvre à la fois l’amour et les idées démocratiques. Nous assisterons à son évolution au long de cinq volumes qui s’achèveront en 1854, date de l’entrée en guerre de la France contre la Russie. Le point culminant de cette saga romanesque est le coup d’État du 14 décembre 1825 au cours duquel le tsar Nicolas Ier a fait tirer sur les insurgés.

Les Semailles et les Moissons , cinq volumes également, met en scène trois Françaises, avant et après la Première Guerre mondiale. Troyat s’y montre aussi à l’aise que dans l’évocation de la Russie ancestrale. En fait, il applique au roman la même technique que pour ses grandes biographies. Il s’empare de quelques personnages qu’il fait vivre dans un cadre historique précis. Pouchkine, Tolstoï ou Nicolas Ozareff deviennent, dans l’imagination de l’auteur, ses propres créations. «Je ne puis écrire une biographie qu’en m’identifiant à mon modèle et en découvrant les événements de sa vie à travers lui, avec lui, en même temps que lui», explique Troyat dans un livre d’entretiens avec Maurice Chavardès: Un si long chemin (1976). Un peu plus haut, il dit ce que représente à ses yeux le roman: «C’est tenter de rendre ce qui aurait pu être aussi émouvant que ce qui est [...] Il faut que le romancier soit fasciné par ses propres inventions, qu’il oublie les théories des professeurs du moment, qu’il s’abandonne tout entier à la folie littéraire.» Au rythme de deux épais volumes par an, Troyat s’adonne à cette «folie» avec l’honnêteté d’un écrivain qui refuse d’être autre chose qu’un «artisan de la plume».

Encyclopédie Universelle. 2012.

См. также в других словарях:

  • Troyat — Troyat, Henri …   Enciclopedia Universal

  • Troyat —   [trwa ja], Henri, eigentlich Lew Tarạssow, französischer Schriftsteller russischer Herkunft, * Moskau 1. 11. 1911; verfasste neben zum Teil autobiographisch getönten Romanen über historische und familiengeschichtliche Themen aus dem… …   Universal-Lexikon

  • Troyat — Henri Troyat Henri Troyat (né[1] Lev Aslanovitch Tarassov ; en russe moderne : Лев Асланович Тарасов[2] ; Moscou, 1er novembre 1911 Paris, 2 mars 2007[3 …   Wikipédia en Français

  • Troyat — Henri Troyat, eigentlich Lew Aslanowitsch Tarassow bzw. Levon Aslan Torossian ( * 1. November 1911 in Moskau; † 2. März 2007 in Paris) war ein französischer Schriftsteller. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Schaffen 2 Auszeichnungen 3 …   Deutsch Wikipedia

  • Troyat — /trwaˈja/ (say trwah yah) noun Henri /ɒ̃ˈri/ (say on ree) (Lev Aslanovich Tarasov), 1911–2007, French novelist, born in Russia …   Australian-English dictionary

  • Troyat, Henri — ▪ 2008 Lev Aslanovich Tarasov        Russian born French writer born Nov. 1, 1911 , Moscow, Russia died March 4, 2007, Paris, France was admired by legions of enthralled readers for his clear, lucid style and rich historical detail in his more… …   Universalium

  • Troyat, Henri — ► (n. 1911) Escritor francés. Obtuvo el premio Goncourt con La araña (1938). Autor de La luz de los justos …   Enciclopedia Universal

  • Troyat, Henri — pseud. di Tarassov, Lev …   Sinonimi e Contrari. Terza edizione

  • Henri Troyat — Nom de naissance Lev Aslanovitch Tarassov Activités écrivain Naissance 1er novembre 1911 Moscou Décès …   Wikipédia en Français

  • Henri Troyat — Henri Troyat; eigentlich Lew Aslanowitsch Tarassow beziehungsweise Levon Aslan Torossian (* 1. November 1911 in Moskau; † 2. März 2007 in Paris) war ein französischer Schriftsteller. Inhaltsverzeichnis 1 Leben und Schaffen 2 Auszeichnungen …   Deutsch Wikipedia


Поделиться ссылкой на выделенное

Прямая ссылка:
Нажмите правой клавишей мыши и выберите «Копировать ссылку»